Pierre GOVERS & Emilie GILLET, Notaires associés à LIEGE - SPRL

 

Pierre GOVERS & Emilie GILLET

Notaires associés à LIEGE - SPRL

cp

Communiqué de presse officiel

Baromètre des terres agricoles : le prix moyen augmente moins vite que les années précédentes

29 juillet 2022

Au 1e semestre 2022, le prix moyen par hectare des terres agricoles a progressé de 0,5 % en Belgique par rapport à la moyenne annuelle de 2021. Au niveau régional, on observe des évolutions divergentes. En Wallonie, le prix moyen a baissé de 1,4%, alors qu’il a augmenté de 1,5% en Flandre. C’est ce qui ressort du Baromètre des terres agricoles de la Fédération du Notariat (Fednot).

Terre agricole en Wallonie.

Suite aux fortes augmentations de ces dernières années, le prix moyen par hectare des terres agricoles a connu en Belgique une légère augmentation au cours des 6 premiers mois de l’année. Il a augmenté de 0,5%, sans tenir compte de l’inflation de 7,7%. Un terrain agricole revient en moyenne à 53.193 euros par hectare.

Le notaire Renaud Grégoire, porte-parole de Notaire.be : « Comme pour d’autres types de biens immobiliers, nous observons une forme de stabilisation qui fait suite à de fortes augmentations. Parmi les facteurs explicatifs, outre la guerre en Ukraine, source d’incertitudes, l’évolution économique au niveau européen et l’augmentation des taux d’intérêt peuvent justifier ce retour au calme. »

Évolution des prix : baisse en Wallonie et hausse en Flandre

Au cours des 6 premiers mois de l’année, le prix moyen a baissé de 1,4% en Wallonie pour atteindre 37.011 euros par hectare. Situation inverse en Flandre, avec un prix moyen en hausse de 1,5%, à 63.105 euros par hectare.

En d’autres termes, au 1er semestre, il fallait débourser en moyenne 26.000 euros de moins en Wallonie qu’en Flandre. Cet écart de prix entre les 2 régions n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Il était notamment de 20.728 euros en 2017.

Il est également intéressant d’effectuer la comparaison avec la moyenne nationale. Il en ressort que les acheteurs ont déboursé en moyenne 16.000 euros en moins en Wallonie par rapport à la moyenne nationale. À l’inverse, il fallait débourser en moyenne 10.000 euros de plus par hectare en Flandre par rapport à cette moyenne.

Évolution sur 5 ans : nette hausse dans les 2 régions

En prenant la période 2017-2022, nous constatons que le prix moyen par hectare d’un terrain agricole a progressé de 23,1% en Belgique. En termes réels (c.-à-d., en tenant compte de l’inflation de 15,6%), la hausse des prix atteint 7,5%. Hors inflation, nous observons une progression de 23,9% en Flandre et de 22 ,5% en Wallonie.

Prix moyens en Wallonie : Luxembourg, en tête et Liège, en queue de peloton

Au 1er semestre, Liège était la province la moins onéreuse, avec un prix moyen de quasiment 35.000 euros par hectare. À l’opposé, le Luxembourg était la province la plus chère, avec un prix moyen de 39.396 euros par hectare.

Par rapport à 2021, on constate des baisses de prix dans le Brabant wallon (-19,2%) et à Namur (-2,5%). En revanche, il y a eu de légères augmentations dans le Hainaut (+1,8%), à Liège (+1,2%) et en province de Luxembourg (+1,7%).

Prix moyens en Flandre : la Flandre occidentale, en tête et le Limbourg en queue de peloton

Au 1er semestre, les terrains agricoles les plus chers, en moyenne, se situaient dans les provinces de Flandre occidentale (77.318 euros par hectare) et d’Anvers (67.372 euros par hectare). À noter que la province d’Anvers a connu une baisse de prix de 5,4%. Cette baisse de prix intervient après une forte hausse en 2021 (+13%).

À l’inverse, le Limbourg était au 1e semestre, la province flamande la moins onéreuse. Le prix moyen à l’hectare atteignait 49.176 euros, en nette augmentation (+11,8%).

Nettes variations locales en fonction des spécificités

Le marché des terres agricoles est très spécifique. Il existe en effet des différences de prix marquées au niveau provincial et même au niveau communal. Le prix moyen est une bonne image de la tendance globale, mais il ne dit pas nécessairement tout.

Le notaire Renaud Grégoire : « Il convient de prendre en compte les spécificités des parcelles agricoles. La situation locative des biens constitue un élément déterminant dans le prix pratiqué. À côté des autres facteurs tels que la superficie, la qualité intrinsèque (fertilité) et la localisation des parcelles concernées, les conditions d’occupation seront souvent un point déterminant dans la négociation. Se faire accompagner par un spécialiste se justifie plus que jamais. »

Surface des terres : diminution au niveau national

Au 1er semestre, la surface moyenne d’une terre agricole était de 1,1 hectare en Belgique. Ce qui représente une diminution de 1,6% par rapport à 2021. La Wallonie tire la moyenne nationale vers le haut avec une moyenne de 1,3 hectare. Ceci dit, on constate un recul de 8,5% de cette surface par rapport à 2021. En Flandre, la surface moyenne était de 1 hectare, en hausse de 4,2% par rapport à 2021.

Au niveau provincial, la Flandre occidentale se démarque, avec une moyenne de 1,9 hectare. Ce qui place la province en tête de toutes les provinces belges. À l’inverse, le Brabant flamand (0,5 hectare) et le Limbourg (0,6 hectare) arrivent en bas de classement. En Wallonie, la province du Luxembourg est celle où les terres vendues au 1e semestre étaient les plus petites (1 hectare).

Source: Fednot